Eglise Protestante Evangélique de Versailles
"Au Roi éternel, immortel, invisible, au seul Dieu, soient honneur et gloire pour l'éternité. (1 Tm 1:17)"
http://www.alliance-aeei.org/
Connexion    
S'enregistrer
Recherche
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
« 1 ... 5 6 7 (8)
Parole du mois : Avril 2012
Publié par epeversa.admin le 28-04-2012 (905 lectures)

Défrichez-vous un champ nouveau…


Jérémie s’adressa, de la part de l’Eternel, aux hommes de Juda et de Jérusalem par ces mots : « Car ainsi parle l’Eternel aux de Juda et de Jérusalem : défrichez-vous un champs nouveau, et ne semez pas parmi les épines. Circoncisez-vous pour l’Eternel, circoncisez vos coeurs. » Jér. 4. 3 - 4 Ces paroles prononcées au 7e siècle avant JC sont encore pertinentes pour le peuple de Dieu aujourd’hui, car nous aimons bien notre zone de confort et la sécurité de nos acquis. Dieu trouvera-t-Il au 21e siècle des hommes et des femmes pour défricher de nouvelles places pour de futures l’implantations d’Eglise dans nos villes de France ? Trouvera-t-Il dans les rangs de l’Eglise des chrétiens, armés de courage, de foi et de persévérance, pour labourer de nouveaux champs et semer la semence de vie, la Parole de Dieu ? Rien n’est facile dans l’oeuvre de Dieu, mais tout est victoire pour celui qui vit dans la dépendance du Seigneur. Tous ceux qui ont grandi dans un univers agricole savent, particulièrement dans ce domaine, qu’on ne sème pas parmi les épines. Ils savent aussi que l’effort intense du défrichage, de la préparation du sol, de la mise en terre de la semence, le travail acharné de l’entretien des cultures, et l’attente, quelques-fois déçue, précèdent toujours les joies dune récolte abondante. A Versailles et sa région, nous voulons défricher un nouveau champ. D’ailleurs, le nom « Versailles », semble dit-il, signifie : terres défrichées, labourées. Il s’agirait de l'action de la charrue qui, après avoir rendu la terre, la déverse retournée sur le côté. "Versailles" seraient donc des terres nouvellement labourées, évoquant l'idée de défrichement. Ce nom a la même forme que le mot « semailles ». Le lien avec le défi que le Seigneur nous lance est évident. Notre Eglise est dans cette phase de défrichage et de labourage. Nous avons la conviction que Dieu aime tous les hommes. Chacun est une terre à défricher, à labourer, et dans la vie duquel il nous faut semer la Parole de Dieu. Les choses ne sont jamais simples, car chaque personne est une terre particulière avec son histoire, ses blessures et ses joies. Dans cette mission, la patience, la prière, l’accueil de l’autre, et l’écoute sont des valeurs indispensables. Avant d’être cette belle ville, dont la notoriété dépasse les frontières de la France, Versailles était une terre en friche qu’il a fallu nettoyer. Dieu est souverain sur toute situation. Il connait le besoin spirituel de cette ville et de sa région, dans lesquelles Il nous appelle à être ses témoins fidèles. Il attend de ses ouvriers qu’ils soient déterminés à Lui obéir, mobilisés dans la prière, et courageux pour entreprendre sous sa conduite. Notre mission est d’appeler les uns et les autres à offrir leur coeur au Seigneur Jésus. Dieu est fidèle, Il fera grâce.


Patrice Kaulanjan

Commentaires ?
Parole du mois : Mars 2012
Publié par epeversa.admin le 28-03-2012 (419 lectures)

L’humilité, un apprentissage…

Bien souvent la dureté de nos cœurs nous empêche de reconnaître nos erreurs. On est trop fier et on ne veut pas perdre la face devant les autres. Pourtant, nos fautes sont des écoles de vie si nous savons en tirer les leçons. Fréquemment, la pédagogie divine passe par les chemins de nos échecs. Ce fut le cas pour l’apôtre Pierre. A plusieurs reprises, Jésus annonça, tantôt de manière symbolique, tantôt de façon intelligible, sa mort et sa résurrection à ses disciples (Jean 13). A chaque fois, Pierre s’opposa à cette idée, car il n’était pas dans la même perspective que le Seigneur. Il déclara même vouloir donner sa vie pour le Seigneur, Jn 13.33. Alors, dans sa détermination de suivre Jésus quoi qu’il en coûte, il commit deux grossières erreurs lors de l’arrestation de Jésus. Dans le jardin de Gethsémani, il sectionna d’un coup d’épée l’oreille de Malchus, serviteur du souverain sacrificateur, Jn 18. Ensuite, Jésus fut emmené devant le souverain sacrificateur pour subir un interrogatoire. Là, dans la cour du souverain sacrificateur, à trois reprises, Pierre nia être un disciple de Jésus. Ainsi, s’accomplirent les paroles que Jésus dit à Pierre quand ce dernier voulut Le suivre jusqu’à la mort, Jn 13.33 : « Le coq n’aura pas chanté une fois que tu m’auras déjà renié trois fois. » Jésus s’étant retourné regarda Pierre. Ce dernier se souvint alors des paroles de Jésus, sortit de cette court et pleura amèrement. Le regard de Jésus eut un impact dans le cœur de Pierre aussi éloquent que toute parole. Les pleurs de Pierre en témoignèrent. Ce regard de Jésus permit donc à Pierre de prendre conscience de sa faute, lui qui affirmait ne jamais être scandalisé par la mort de Jésus quand bien même les autres le seraient, Marc 14.26. Pierre ne chercha pas à se justifier. Il pleura. Loin d’abandonner Pierre dans son erreur et de l’écarter, Jésus, ressuscité, le rejoignit dans son échec et le réhabilita. C’est sur cette note que l’évangéliste Jean termine son Evangile. Nous connaissons la suite de l’histoire. Pierre fut un serviteur de Dieu extraordinaire, déterminé pour la cause de l’Evangile, malgré la fin douloureuse que Jésus lui prédit, Jn. 21.18. Le Seigneur l’utilisa pour marquer l’entrée des Gentils (= non-juifs) dans le Royaume de Dieu, Act. 10. Quand le temps de Dieu arriva, Pierre quitta le devant de la scène pour céder la place à l’apôtre Paul, ce qui constitue un signe d’humilité de sa part. Dans sa première épître, il nous exhorte aux vertus chrétiennes, à ne point rendre le mal pour le mal, par exemple, lui qui trancha l’oreille de Malchus dans le jardin de Gethsémani. Ce changement d’attitude de Pierre montre que le Seigneur lui apprit certaines leçons au travers de ce qu’il vécut. Son exemple nous confirme que tout ne s’arrête pas avec nos erreurs. Bien au contraire, notre Dieu sait les utiliser pour nous instruire. Alors, ne restons pas sur nos manquements et nos échecs. En commettant une erreur, nous ne sommes pas pires que les autres, nous sommes comme eux. Comme Pierre, reconnaissons nos échecs, et demandons au Seigneur de nous rendre assez humbles pour apprendre ce qu’il veut nous enseigner au travers d’eux. Ne nous laissons pas bloqués par nos fautes. Ainsi, nous serons des modèles pour les autres. Aussi, ceux qui ont de l’expérience et la maturité de vie peuvent être des guides pour les plus jeunes, qui ont besoin d’intégrer les valeurs essentielles, comme l’humilité.

Patrice Kaulanjan

Commentaires ?
Nouvelles de l'eglise : Nouveau lieu de culte pour l'EPEV
Publié par epeversa.admin le 12-02-2012 (2523 lectures)

Ce dimanche 12 février 2012, l'EPEV a célébré son premier culte dans les locaux de l'église adventiste de Versailles au 22, rue des réservoirs.

EGLISE PROTESTANTE EVANGÉLIQUE DE VERSAILLES from Ryan Powell on Vimeo.


Ce nouveau lieu de culte est une réponse à la prière pour disposer d'un lieu sur Versailles et permettant de célébrer le culte le dimanche matin.

Commentaires ?
Nouvelles de l'eglise : Lettre de nouvelles Avril 2012
Publié par epeversa.admin le 01-01-1970 (413 lectures)

Voici notre lettre de nouvelle du mois d'avril 2012.

Nouvelles Avril 2012

Commentaires ?
« 1 ... 5 6 7 (8)